Alice Miller, abus et maltraitance de l'enfant

APRIL 2010

MARCH 2010

FEBRUARY 2010

JANUARY 2010

DECEMBER 2009

NOVEMBER 2009

OCTOBER 2009

SEPTEMBER 2009

AUGUST 2009

JULY 2009

JUNE 2009

MAY 2009

APRIL 2009

MARCH 2009

FEBRUARY 2009

JANUARY 2009

DECEMBER 2008

NOVEMBER 2008

OCTOBER 2008

SEPTEMBER 2008

AUGUST 2008

JULY 2008

JUNE 2008

MAY 2008

APRIL 2008

MARCH 2008

FEBRUARY 2008

JANUARY 2008

DECEMBER 2007

NOVEMBER 2007

OCTOBER 2007

SEPTEMBER 2007

AUGUST 2007

JULY 2007

JUNE 2007

MAY 2007

APRIL 2007

MARCH 2007

FEBRUARY 2007

JANUARY 2007

DECEMBER 2006

NOVEMBER 2006

OCTOBER 2006

SEPTEMBER 2006

AUGUST 2006

JULY 2006

JUNE 2006

MAY 2006

APRIL 2006

MARCH 2006

FEBRUARY 2006

JANUARY 2006

DECEMBER 2005

NOVEMBER 2005

OCTOBER 2005

SEPTEMBER 2005

AUGUST 2005

Assumer son homosexualité
Tuesday 18 April 2006

Bonjour Madame Miller.

Depuis que je lis vos écrits, et puisque vous offrez à vos lecteurs une tribune libre, j'aimerais vous poser une question qui me taraude l'esprit : pensez-vous que le courage d'une personne à assumer son homosexualité dépend de l'éducation qu'elle a reçue ? Qu'une éducation de type "pédagogie noire" puisse inhiber le courage nécessaire pour transgresser les tabous ? Pourtant, il y a l'exemple de Rimbaud, qui a reçu ce type d'éducation, et a quand même eu le courage d'aller assez loin, pour l'époque, dans le vécu de son homosexualité.

Au cas où vous trouveriez le temps de me répondre, voici mon email : Cordialement.

Réponse de Brigitte.
Le courage d'une personne dépend de la tolérance qu'il lui a été accordée pendant son enfance, s'il a été respecté et accepté tel qu'il était par ses parents il n'a aucune crainte d'être rejeté ou jugé en existant tel qu'il.
Par contre si les parents transforment l'enfant pour qu'il devienne à l'image de ce qu'ils attendent de lui, alors il est évident que celui-ci n'osera se montrer ou se dévoiler même à l'âge adulte tel qu'il est vraiment.
On ne peut pas prétendre aimer un enfant quand on lui a appris à correspondre à une image idéale, alors en vivant ce que nous sommes nous n'avons rien à perdre, au contraire nous pouvons gagner notre liberté.
Bon courage, Brigitte

Haut